Tous les ans, début septembre, a lieu la braderie de Lille, un vaste vide grenier où des milliers d’exposants se massent sur plusieurs dizaines de kilomètres pour vendre quelques babioles, parfois étranges.

Braderie de Lille - Exemple de babioles

Mais c’est aussi et surtout un rendez-vous de choix pour les restaurateurs qui en profitent pour nourrir les centaines de milliers de visiteurs, pour les musiciens apaches faisant la promotion de leur dernier album, pour les boutiques chic qui font étal de leur marchandise à tarif préférentiel pour le plus grand plaisir des badauds, et pour les vendeurs t-shirts obscènes urbains.

Le plus gros point noir de cette manifestation, selon moi, c’est la vitesse moyenne de déplacement qui avoisine les 0.2 km/h, quand bien même on définit soigneusement son itinéraire. Il convient notamment de sélectionner des rues larges et sans marchand de glace pour éviter d’attendre bêtement de part et d’autre d’une longue file de personnes affamées.

A côté de ça, on assiste quand même à pas mal d’animations musicales en pleine rue. Quand le flux de circulation est acceptable, on prend plaisir à se promener au milieu de tout de monde, à chiner, à marchander…

Braderie de Lille - Chineurs

Certains viennent avec une idée très précise de ce qu’ils cherchent, et sont parfois déçus…

Braderie de Lille - Monsieur mécontent

D’autres cherchent juste à partager une promenade ensemble.

Braderie de Lille - A deux, c'est mieux

Quoi que je puisse en dire, c’est quelque chose à faire au moins une fois, si ce n’est pas pour les babioles, au moins pour les moules l’ambiance !